Pas un jour ne passe sans que l’on ne nous rabâche les oreilles avec l’écologie, le changement climatique, … « Il est temps – grand temps – de nous y mettre un bon coup pour sauver notre planète. » Sauf que… Ça coute cher d’être écolo.

Du moins, c’est ce que je me disais. Mais je me suis rendu compte qu’il y a moyen de protéger son portefeuille tout en prenant soin de soi et de notre Planète.

On peut changer certaines habitudes de consommation par des alternatives durables et réutilisables qui font du bien à l’environnement et nous permettent sur le moyen terme déjà de faire de jolies petites économies !

Je m’appelle Emi, je suis maman de 3 adorables crevettes de 6, 5 et 4 ans. Oui, la rentabilité, ça me parle.
Je suis également la créatrice de Fées Maison, depuis exactement 3 ans – bien qu’elle ait existé auparavant sous d’autres formes, à la base un blog et une page Facebook où je partage mon petit bonhomme de chemin vers une vie plus saine, plus sobre.
Fées Maison a pour mission de vous montrer qu’on peut être écolo et économe. Il suffit de faire les bons choix et regarder l’effet sur une période un peu plus longue.

J’ai un excellent exemple à ce sujet. Sans souffrir du complexe de Samson, je suis tout de même attachée à mes cheveux et aux soins que j’y apporte.
Il y a 8 à 10 ans d’ici, mon shampoing me coûtait 2.80€ de mémoire (oui il était franchement bon marché ). L’actuel me coûte dorénavant 10€.

Non, ce n’est pas une erreur de frappe et oui je considère cela comme une économie – sans parler du fait évident que ce nouveau shampoing est beaucoup plus sain et plus naturel, ne contient bien sûr ni phtalates, ni parabène, ni silicone, (la liste est longue) et est en plus sans emballage.

Où est l’économie là-dedans ?

Avant je me lavais les cheveux 2 à 3 fois par semaine ; Ma bouteille de shampoing durait donc 1 mois et demi au maximum. Je devais parfois prélaver mes cheveux, les rincer puis les relaver. La bouteille fondait comme neige au soleil.
Aujourd’hui c’est un shampoing par semaine, maximum. Il m’en faut très peu, c’est parfois déroutant qu’il ne mousse quasi pas, mais il est pourtant follement efficace. Mon shampoing solide tient le coup pratiquement 8 mois. Oui oui, 8 mois (comprenons nous bien, ce n’est pas au premier shampouinage que cela arrive, c’est au fur et à mesure des utilisations que l’on peut finalement espacer ses shampoings). Il me coûte actuellement 14€ par an, comparé à 22,40€ avant !

Mais si je veux prendre tout en compte j’ai d’autres éléments à rajouter :

©Facebook
  • L’après shampoing : avant, c’était indispensable. Maintenant j’alterne entre huiles, vinaigre de cidre ou gel de lin – bref des choses que je trouve dans ma cuisine et coûtent des cacahuètes;
  • La consommation d’eau;
  • L’électricité : aujourd’hui, selon la météo le sèche-cheveux reste toujours d’actualité. Mais 4 à 5 fois par mois alors que je l’utilisais 10 à 12 fois par mois auparavant. Chauffage et luminaire en plus;
  • Le facteur temps : non négligeable – surtout avec 3 jeunes enfants, un job, une activité indépendante et juste la vie de tous les jours.

Donc le petit changement d’une habitude somme toute banale a un impact non seulement sur la Nature (tant au niveau de la production du shampoing que de l’évacuation des eaux usagées), sur ma santé (aucun perturbateur endocrinien, merci, je passe mon tour) et mon porte-monnaie.

Ceci n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres.

Il s’agit donc de trouver des alternatives faciles, non contraignantes à mettre en place pour nos besoins existants. En faisant attention à ne pas tomber dans l’excès opposé et s’inventer de nouveaux besoins et achats qui seraient aux antipodes de toute la philosophie du zéro déchet.

L’écolonomie, un néologisme qui va vous revenir régulièrement et bien heureusement aux oreilles …

Plus d’infos ? https://www.feesmaison.be/