Cinq travaux à faire au jardin avant l’hiver

Les journées raccourcissent et la splendeur de l’été n’est déjà plus qu’un lointain souvenir. Pourtant, même si le jardin requiert moins de soins, l’heure n’est pas encore au repos. La prochaine belle saison se prépare déjà en douceur… mais aussi avec détermination.

Entretenir sa pelouse

Elle requiert des soins particuliers à l’automne, car il y a fort à parier que la pelouse porte les traces des sévices qu’elle a subi lors de la belle saison. La pelouse peut-être clairsemée à certains endroits suite à l’apparition de maladies ou d’une prolifération de mauvaises herbes. Quelques travaux très simples permettront de lui rendre tout son éclat pour la future belle saison. Les parties de la pelouse qui ont été endommagées récupéreront plus rapidement si l’on effectue une fertilisation à l’automne avec un apport en azote et en potasse. Là où les dégâts ont été trop importants, il faut réparer la surface en semant de nouvelles graines. Le passage d’un rouleau sur les zones nouvellement ensemencées favorise la levée. La dernière tonte est très importantes pour permettre à la pelouse de passer l’hiver dans les meilleures conditions. Idéalement, elle se pratiquera avant les premières gelées, de la mi-novembre au début du mois de décembre. La hauteur de coupe doit être plus haute qu’en été, de 6 à 8 cm selon le type de gazon. Pourquoi? La profondeur des racines étant proportionnelle à la hauteur des brins d’herbe, plus ceux-ci sont hauts, plus les racines seront profondes. Un gazon plus long procure par ailleurs une certaine isolation au collet du brin d’herbe. Si le gazon est trop long quand l’hiver arrive, il aura tendance à se coucher et à former un tapis propice à l’éclosion de maladies hivernales comme la moisissure rose des neiges et la moisissure grise des neiges. Lors de la dernière tonte, pour évitez le développement de moisissures, enlevez les déchets de tonte et les feuilles mortes. Lors de la dernière quinzaine d’octobre, un épandage d’engrais est approprié quand le gazon a cessé de pousser mais qu’il est encore vert.

Procéder aux derniers semis

L’entretien du jardin est indispensable en automne pour le prémunir contre les ravages causés par l’hiver. Entre la récolte des derniers fruits (noix, châtaignes, noisettes), il est encore temps de faire les derniers semis. Au potager, ou en serre pour ceux qui en possède une, pourquoi ne pas semer du chou pommé de printemps, du cresson, l’épinard d’hiver, la laitue de printemps et d’hiver, ou encore de la mâche? Cette dernière aime les sols fermes et frais lors du semis. Il ne faut même pas labourer le sol avant le semis. Il suffit de griffer légèrement la surface. Plusieurs variétés sont résistantes au froid et se récoltent tout au long de l’hiver. Pour les variétés les plus sensibles, il est utile de les protéger par un voile d’hivernage. Même en hiver, il est est encore possible de manger des légumes du jardin!

Enlevez les bulbes des fleurs à floraison estivale

Après une longue période de floraison, de l’été à l’automne, il est temps de penser à retirer les bulbes de dahlias, de glaïeuls ou de bégonias. Bien que ces fleurs soient rustiques, elles ne supportes pas le gel et l’humidité. Afin de pouvoir en profiter lors de la nouvelle saison, il faut les retirer de la terre tout en respectant certains principes pour les conserver durant l’hiver. Lorsque le feuillage des dahlias commence à noircir après les premières petites gelées de l’automne, c’est le signe que le tubercule entre en sommeil: l’arrachage peut commencer. Profitez d’une belle journée d’automne ensoleillée pour enlever les bulbes. Les tubercules retirés sont pleins de terre. Si le terrain est sec lors de l’arrachage, secouez-les afin de faire tomber le plus gros. Si le terrain est détrempé et que la terre est très collante, lavez tout simplement les tubercules à l’aide d’un jet d’eau. Brossez les ensuite pour enlever les dernières traces de terre. Coupez ensuite, avec un sécateur, toutes les tiges à une vingtaine de centimètres au-dessus du sol. Entreposez les dans un local au sec, à l’abri du gel. C’est impératif pour une bonne conservation. Vous pouvez aussi placer les tubercules dans un cageot rempli de sable et les recouvrir éventuellement de tourbe sèche. Pour éviter que des maladies ne se développent pendant l’hiver, saupoudrez les rhizomes avec un fongicide à base de thirame (demandez conseil à votre jardinerie). En hiver, surveillez vos bulbes et si nécessaire, prélevez les partie qui pourrissent.

Au potager, semez des engrais verts

Les engrais verts sont des plantes grosses productrices de matières organiques et capables de capter les éléments nutritifs. Au potager, on les cultive entre deux cultures légumières dans le but d’améliorer la fertilité du sol. Les engrais verts se sèment sur les parcelles libérées en septembre ou en octobre. Si la parcelle sera cultivée dès le printemps, il faut choisir des engrais verts à croissance rapide comme de la moutarde par exemple. Pour les parcelles qui accueilleront des plantations plus tardives (fin du printemps), on sèmera un engrais vert résistant au gel, de la  vesce d’hiver ou du seigle. Ces plantes assureront une bonne couverture du sol pendant tout l’hiver en le protégeant des intempéries. Les engrais verts permettent d’enrichir le sol au fil des saisons et de l’enrichir en matières organiques lors de leur décomposition.

Taille des pommiers et poiriers

Elle s’effectue en dehors des périodes de gel. Une bonne taille permet de favoriser la croissance de l’arbre et la fructification des arbres fruitiers. Il faut suivre quelques principes simples pour ne pas faire des erreurs. Pour les jeunes arbres, l’objectif est aussi esthétique pour former la charpente de l’arbre. Il ne faut pas hésiter à supprimer les branches qui se croisent pour ne garder que les principales et les plus vigoureuses. La silhouette générale de l’arbre sera ainsi formée. Coupez au-dessus d’un oeil (un bourgeon) tourné vers l’extérieur, à environ 60 cm du tronc. Cette opération favorisera le développement de votre fruitier. Pour les arbres plus anciens, l’objectif aura pour but de favoriser la fructification. Elle s’effectue tous les ans, à l’automne et à la fin de l’hiver, juste avant la reprise de la végétation. Cette taille est importante car sans taille, le pommier et le poirier ne fructifient qu’une année sur deux. Pour effectuer une bonne taille, il faut suivre les principes suivants: supprimer les branches mortes, celles qui s’entrecroisent et les bois abîmés; supprimez toutes les branches poussant vers l’intérieur de l’arbre; faites une taille des branches principales en faisant le tour de l’arbre en coupant les branches de l’année précédente au dessus du 2ème ou 3ème bourgeon.

Vous souhaitez recevoir votre journal par email le dimanche, notre agenda du week-end le jeudi et ne rien manquer de nos actus, de nos concours ou des meilleures offres de nos partenaires ?
Inscrivez-vous à nos newsletters !