Tourisme équestre: y avez-vous pensé ?

7Dimanche répond à vos questions !

Dans une société où tout doit aller vite, trop vite même, le tourisme équestre permet de passer des vacances alternatives, de découvrir la beauté de nos contrées en toute tranquillité.

Il n’est pas nécessaire d’aller au bout du monde, le tourisme équestre se pratique aussi dans nos régions. Il permet de sillonner routes, chantiers, chemins à rythme lent. Si en matière de nourriture, on évoque parfois le terme de «slow food» pour contrer le «fast food», l’image peut également s’appliquer au tourisme équestre. L’espace de quelques jours, le cavalier va vivre au rythme de la nature environnante.

Même pour les débutants

Il n’est pas nécessaire d’être un cavalier émérite pour pratiquer le tourisme équestre. Les débutants doivent cependant s’initier à l’équitation dans un centre équestre de leur voisinage pour maîtriser suffisamment les fondamentaux. Il faut compter une initiation de un à deux mois pour acquérir un niveau suffisant pour être à l’aise aux trois allure (pas, trot et galop). La durée moyenne d’une randonnée équestre varie de quatre à six jours.

Les avantages du tourisme équestre

Assis en hauteur, le cavalier voit le paysage différemment des piétons, car sa vue porte plus loin. Sur terrain adéquat, les allures au trot ou au galop permettent de franchir rapidement des contrées monotones. Le randonneur équestre est continuellement disponible pour observer le paysage, de plus, la faune n’éprouve aucune crainte vis-à-vis du cheval qui masque l’odeur de l’homme. Le cavalier voyage sur des chemins ruraux qui permettent de pénétrer au cœur d’une région, là où les voitures n’ont pas d’accès. Enfin, au fil des journées, une relation particulière se noue entre le cavalier et sa monture. Avec ses compagnons de route également. Cette expérience nouvelle est généralement très enrichissante.

Tourisme équestre chez nous

En Wallonie, l’Association Wallonne de Tourisme Equestre fédère des gîtes et les relie entre eux par des itinéraires pour cavaliers avec des variantes pour attelage. En effet, le tourisme équestre peut aussi se pratiquer en attelage, dans des régions au relief adapté. Il n’est donc pas nécessaire d’être un cavalier émérite pour pouvoir s’adonner au tourisme équestre. Le site internet propose une multitude d’itinéraires qui sillonnent la Wallonie (voir www.awte.be). Quelques exemples: entre Eau blanche et Eau noire (région de Couvin), la route des abbayes, la Gaume, la Semois, la route de Napoléon,… Tout au long des parcours, les touristes sont hébergés au sein de gîtes équestres reconnus. La Wallonie n’est évidemment pas la seule contrée à offrir des randonnées touristiques. Cette activité, en développement, existe un peu partout en Europe. Elle se pratique dans des pays comme la France ou l’Espagne aussi. Les randonnées à cheval dans les Pyrénées sont fort appréciées, elles permettent de découvrir de grandioses paysages, loin des sentiers battus par le tourisme de masse.