L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 7Dtetiereconso_web-1030x130.png.

Dites adieu à l’improvisation et devenez le maître tout puissant de votre cuisine , sans plus de stress !

Avant ça, chez nous, on mangeait parfois des macaronis béchamel-lardons 3 fois par semaine (c’est du vécu) ou je filais à la friterie du coin pour une maxi-mitraillette burger brasil (ça, c’est toujours du vécu). #kilos

Sans planifier, on va en urgence 20 fois par mois au supermarché qui reste ouvert tard parce que le frigo est désespérément vide. #monportefeuillepleure

« Planifier, ce n’est pas sexy »

Moins de spontanéité peut-être, mais surtout moins de stress, plus de bons petits plats et moins de dépenses inutiles. Finalement, je trouve cela plus sympa.

Comment je m’organise ?

Je pose mon popotin quelques instants devant mon pc (j’avais commencé avec des feuilles et un bic, mais après avoir du recommencer plusieurs fois à force de les égarer, je préfère la version high-tech avec sauvegarde mais ce n’est que mon avis 😉 ).

Je vous donne ma façon de le faire, ce n’est pas la meilleure mais c’est la mienne. A vous de l’astiquotter pour en faire celle qui vous correspond.

Le menu

7 jours par semaine.

Pour le repas du midi, on ne mange généralement pas à la maison en semaine et le week-end c’est reste ou pain.
7 repas donc, à répéter une cinquantaine de fois.
7 catégories de repas en fait.

Chez nous, le lundi, c’est des pâtes. Parce que les pâtes, c’est la vie.
Mardi, poulet. Ne me demandez pas pourquoi. (On mange très peu de viande rouge et on privilégie la volaille).
Mercredi, les petites fées mangent chez leurs grands-parents à midi, le soir c’est plutôt light, facile et rapide.
Jeudi, j’ai choisi de faire soit les gratins soit les poissons ; je ne sais pas non plus d’où ça m’est venu. Oui je sais que dans notre tradition judéo-chrétienne, le poisson c’est vendredi. Que veux-tu, j’ai un petit fond anarchiste…
Vendredi, tout est permis. Non je déconne, vendredi c’est végétarien (vu que je réduis de plus en plus, le lundi et le mercredi aussi, parfois même le week-end – au grand malheur des 4 carnivores qui partagent ma vie ^^).
Samedi, tranquilou : pizza, focaccia, burger et autre « junk food » que je tente de garder relativement saine et faite maison.
Dimanche, ah généralement on a le temps le dimanche (heu il a des gosses celui qui a dit ça ?? des montagnes de lessive ? Des commandes à préparer ? des stocks à gérer ? des ateliers ou marchés ? de la boulange ? je doute, je doute). Dimanche, ce sont les mijotés (pas les mojitos …. quoi que…)

Voilà donc mes 7 catégories. Pour chaque catégorie, je note les recettes que je maîtrise (à peu près), que j’aime et qui ne sont pas trop compliquées ni trop chères. J’en note une dizaine par catégorie.

« Une dizaine ???? non mais ça va pas Emi de Fées Maison ? T’es tombée sur ta tête ou quoi ? »

On se calme, on respire. Ce n’est pas si compliqué.
Par exemple, pour les pâtes : bolo, carbonara, provençale, tomates cerises-basilic, riz curry coco, riz sauté, pâtes fraîches ricotta épinards, nouilles chinoises, crème épinards saumon, scampis piquants … Voila facile, 10 recettes.
On peut faire plus compliqué et tenter 10 recettes par saison (on évite les tomates en hiver, ce genre de chose…)

Je prends ensuite un calendrier (papier ou virtuel) et j’y indique (au hasard ou non) une recette par catégorie de repas pour chaque jour du mois. Donc avec mes 10 recettes minimum par catégorie, j’ai 2 à 3 mois de menus déjà préparés sans répétition. Pas mal, hein ?

Je fais alors ma liste de course et j’essaie de m’y tenir le plus près possible – sans oublier de quoi déjeuner et les collations que je ne fais pas. Idéalement, j’essaie au maximum de faire les courses une fois par mois – excepté bien sur pour les produits frais qui ne vont pas attendre un mois dans le frigo.

Aucune angoisse pré-nocturne du « y-a-rien-à-mangeeeeer »

Le menu, j’ai géré. Le budget, j’ai maitrisé.

Et c’est comme cela qu’on devient un Jedi du meal planning !

www.feesmaison.be