7Dimanche suspend ses parutions. Retrouvez ici les réponses à vos questions !

Vingt ans après la sortie du mal-aimé et sous-estimé « Hollow Man » de Paul Verhoeven, voilà que l’homme invisible signe son retour dans les salles obscures du royaume.

Qu’est-ce que ça raconte ?

Cecilia Kass (Elisabeth Moss, la star de la série La Servante Écarlate) est en couple avec un brillant et riche scientifique. Ne supportant plus son comportement violent et tyrannique, elle prend la fuite et se réfugie auprès d’un ami. Mais quand son compagnon se suicide en laissant à Cecilia une part importante de son immense fortune, celle-ci commence à se demander s’il est réellement mort. Tandis qu’une série de coïncidences inquiétantes menace la vie des êtres qu’elle aime, Cecilia cherche désespérément à prouver qu’elle est traquée par un homme que nul ne peut voir. Peu à peu, elle a le sentiment que sa raison vacille…

Ce qu’on en pense

Récit malin, intrigue palpitante, rythme soutenu, atmosphère oppressante, interprétation brillante, réalisation élégante et, surtout, terriblement efficace dans sa gestion du suspense, cette nouvelle variation de l’homme invisible s’affiche comme une véritable réussite et mérite bien mieux que son statut de série B horrifique vendu par une bande-annonce mensongère. Le réalisateur Leigh Whannel parvient non seulement à jeter un regard neuf sur l’un des monstres classiques du studio Universal mais aussi à nous tenir en haleine jusqu’au dénouement. Préférant la subtilité aux effets de manche, le silence aux sursauts sonores, l’inquiétante tranquillité aux jumpscares factices, la lente progression au sur-découpage tape-à-l’œil, le metteur en scène fait montre d’un indéniable talent dans l’art de la mise en scène.

Thibaut Van der Noot